Go to contentGo to menuGo to searchGo to the news list

MitoVasc : physiopathologie cardiovasculaire et mitochondriale


Main navigation

    Search

    Breadcrumb

    Florian CONGNARD thesis defence

    Florian CONGNARD thesis defence

    • Share this page on social networks
    • E-mail this page

      Send by mail


      Separated by coma
    • Print this page

    Soutenance de thèse de Mr Florian CONGNARD

    Directeurs de thèse : Bénédicte Noury / Pierre Abraham

    3rd April 2017

     RÉSUMÉ

    La mesure de l’index de pression systolique de cheville (IPSC) constitue un outil simple et non invasif pour détecter les atteintes artérielles des membres inférieurs. Si la méthodologie et l’interprétation de cet index ont été standardisées, il demeure des divergences quant à certains aspects de sa mesure. Ainsi, les travaux de recherche menés ont investigué trois de ces aspects. Dans un premier temps, l’objectif était d’étudier l’évolution physiologique de l’IPSC avec l’avancée en âge au sein d’une population saine et physiquement active. Cette analyse a rapporté une relation positive entre l’IPSC et l’âge, tendance « logique » au regard des modifications structurales de l’artère avec la sénescence. Dans un deuxième temps, les investigations se sont orientées vers l’utilisation d’outils de mesures automatiques de la pression artérielle pour le calcul de l’IPSC en récupération d’un exercice physique. Nous avons mis en évidence que l’outil oscillométrique permettait d’obtenir une valeur d’IPSC post-effort plus rapide mais aussi de diminuer l’erreur standard de mesure. Dans un troisième temps, nous avons abordé les stratégies d’apprentissage de cette mesure vasculaire. La mesure de pression systolique de cheville (PASC) apparaît largement sous-enseignée comparativement à la mesure brachiale. L’objectif était d’étudier objectivement, via simulateur, l’effet d’une intervention pédagogique pratique supplémentaire sur la compétence d’étudiants novices à mesurer cette PASC. Un apprentissage pratique d’une heure permettait de diminuer l’erreur de mesure mais n’était pas suffisante pour harmoniser l’ensemble des paramètres de la mesure selon les standards de mesure existants. 

    Le 3 avril, 13h00 | Université Catholique de l’Ouest | Faculté des sciences humaines et sociales | amphi Bonadio | 3, place André Leroy | 49100 Angers